CENTRE GEORGES POMPIDOU METZ- LES PORTES DU POSSIBLE. ART & SCIENCE FICTION – DEMANDEZ LE PROGRAMME

28 Nov 2022 | Actus, Événements

VENDREDI 4 NOVEMBRE 2022 – VERNISSAGE PUBLIC
DU 5 NOVEMBRE 2022 AU 10 AVRIL 2023

La force de nos imaginations est un outil capable de réorienter nos futurs. C’est cette projection dans un avenir désirable et sa portée politique qui sont explorées dans l’exposition.

« La science-fiction, c’est l’art du possible » déclarait l’écrivain américain Ray Bradbury. Sous couvert d’anticipation, elle nous parle du présent. Elle est un laboratoire d’hypothèses qui manipulent et extrapolent les normes et dogmes répressifs du monde actuel, ses ambitions, ses affres sociales, ses chances et ses périls. Rassemblant plus de 200 oeuvres de la fin des années 1960 à nos jours, l’exposition Les Portes du possible. Art & science-fiction propose aux visiteurs une immersion dans la SF sur 2300 m². Elle cherche avec les artistes plasticiens, les écrivains, mais aussi les architectes et les cinéastes, à mettre en lumière des liens entre les univers imaginés et notre réalité. En s’appuyant sur les revendications actuelles en faveur d’utopies pour le XXIe siècle, elle vise à susciter des débats, de l’inspiration et une forme d’espoir.

Ces dernières décennies ont connu l’avènement d’une forme « liquide » de présent qui désintègre nos certitudes et habitudes, accélère aussi bien les découvertes que leur obsolescence. Dans ce contexte instable, nombre d’artistes s’inspirent de l’univers de la science-fiction pour mener des réflexions critiques. Elle peut plus finement et profondément que d’autres genres interroger les potentiels de l’humain en dépassant notamment les clivages entre science, éthique et politique afin de poser un regard « extérieur » sur l’humanité et ses inventions.

En développant les possibilités du présent, en élaborant des récits à partir d’hypothèses scientifiques ou en concevant des modes de vie et des réalités inouïs, la science-fiction est un genre qui met l’homme face à l’altérité radicale. Elle propose une émancipation des discours politiques dominants, elle incarne la différence, l’utopie politique, le renouvellement profond de notre perception. De ce fait, elle est depuis toujours un terreau propice aux mouvements contestataires.

La fiction spéculative nous irrite, nous fait progresser en nous épouvantant, ébranle les remparts de nos habitudes et ceux de notre conscience. Si elle agit à partir des marges, les thèmes qu’elle aborde sont au cœur des problématiques sociétales actuelles qui nous concernent tous : la fragmentation sociale, l’ultra-capitalisme, les nouvelles formes de panoptisme et de totalitarisme, l’aliénation, le trans-/post-humanisme, la suppression des limites des genres, le colonialisme ou, bien entendu, le désastre écologique et l’obsolescence de l’Homme. Or, depuis l’exposition historique Science-fiction que Harald Szeemann a organisée en 1967/68 à la Kunsthalle de Berne, aux Musée des Arts Décoratifs de Paris et à la Kunsthalle de Düsseldorf, un temps donc où la SF avait le vent en poupe, peu de projets d’envergure furent dédiées à son mariage fécond avec l’art.

Rassemblant environ 180 oeuvres de la fin des années 1960 à nos jours, l’exposition Les Portes du possible. Art & science-fiction cherchera sur 2 300 m2 avec les artistes plasticiens et écrivains, mais aussi architectes ou cinéastes, des capillarités entre les univers imaginés et la réalité.

Selon le mode des prophéties auto-réalisatrices, la science-fiction continue à forger notre vision du futur et participe à sa construction. Changer d’imaginaire et de sémantique, c’est aussi influencer la trajectoire des sociétés.

L’exposition, en ne se focalisant pas sur le prisme dystopique dominant, s’appliquera à œuvrer dans le sens d’une revitalisation et d’une réappropriation volontaire du futur.

LA VOLTE S’INVITE AU CENTRE GEORGES POMPIDOU

Retrouvez les auteurs de La Volte pour une programmation inédite autour des arts et de la science-fiction

24 nov. 2022 – 19h
1929 – 2022 : Une tranche d’Histoire de la science fiction. Entretien avec Philippe Curval et Ariel Kyrou – Auditorium Wendel.

La science-fiction trouve ses racines en France avec les romans extraordinaires de Jules Verne, mais son âge d’or s’amorce aux États-Unis, à partir de 1929. Dans l’Hexagone, elle ne s’est ouverte à un plus large public que dans le courant des années 1950. Dans son échange avec Ariel Kyrou, Philippe Curval, l’un des plus grands écrivains français du genre, nous propose un survol historique de la naissance et du développement de la science-fiction, ainsi qu’un aperçu de son œuvre littéraire.

08 déc. 2022 – 19h
Histoire de la SF queer : des alternatives à la fin du Monde – Avec Eva Sinanian et Arsène Marquis. Animée par Stuart Pluen – Auditorium Wendel.

Dès le début du XXe siècle, de nombreux.ses auteurices se sont emparé.es de la science-fiction pour dire d’autres réalités et d’autres possibles, s’affranchir des carcans normés du genre, de l’hétérosexualité, du patriarcat. Au cours de cet échange, il sera ainsi proposé de retracer l’histoire de la science-fiction queer et la manière dont elle a pu inspirer de nouveaux récits et cadres de pensée.
Réservations ici.

19 janv. 2023 – 19h30
Perférence avec Alain Damasio, Héloïse Brezillon et Norbert Merjagnan – Auditorium Wendel

Les éditions La Volte rassemblent trois auteurs pour une « perférence » polyphonique. Perférer c’est performer des fictions qui s’affrontent et se répondent. La SF rêve et pense le monde qui vient. Elle réouvre l’horizon pour ceux qui veulent encore faire partie du vivant – amour, solidarité, jubilation, tissages – dans les failles d’une société de plus en plus invivable à force de conjurer toute altérité. Elle est le terreau poétique et politique de l’édition littéraire actuelle. Attention, ici poussent les possibles ! Réservations ici.

21 janvier 2023 – 15h00
Performance avec Thomas Teurlai et Alain Damasio

L’artiste Thomas Teurlai et l’écrivain Alain Damasio activent Transchrones une machine hybride qui repose sur le mouvement rotatif de deux cylindres holographiques sonorisés. Ce dispositif, générateur de fictions visuelles et auditives aura au préalable été nourri d’une imagerie inspirée de recherches sur les œuvres de l’exposition et l’histoire du Centre Pompidou-Metz. Réservations ici.

Agenda

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Volte