Agrapha, de luvan : la revue de presse

27 Juil 2020 | Actus

Avec Agrapha, luvan propose de plonger dans un roman historique immersif, pour creuser la réalité d’un passé oublié. Voici une entrée en résonnance de toute puissance qui, de par sa poésie, a charmé celles et ceux qui ont tendu l’oreille.

PRESSE

✨ « Fantastique et utopique quant à son récit, Agrapha l’est enfin par son écriture-même. Ou plutôt par ses écritures, car Luva  déploie un vaste éventail de langues comme d’images pour non pas tant décrire qu’invoquer le monde perdu d’Adsagonae Fons. Car c’est un véritable roman sorcier qu’offre Luvan, spécialement destiné à celles et ceux qui voient dans la littérature une manière de magie… »

BIFROST

« Le lecteur se trouve aspiré dans le maelström, témoin des hallucination croissantes de cette puissance sororité charnelle et spirituelle, balloté par un flux de plus en plus scandé. »

LIBERATION

✨« Livre labyrinthe construit autour de cette caverne matricielle de la communauté, œuvre performance, tourbillon d’érudition, Agrapha est un livre troublant, que chacun doit s’approprier à sa manière. »

GALAXIES


LES COUPS DE ❤️ LIBRAIRES

❤️ « Attention : Objet Littéraire Non Identifiable ! Imaginez un manuscrit du Xe siècle, relatant le quotidien, les croyances, les miracles peut-être, de huit femmes réunies dans une grotte. Saintes ou sorcières, croyantes ou réfugiées. Imaginez une historienne, tellement impliquée dans son travail de traduction et de recherche, qu’elle en perd pied avec la réalité et tente de rejoindre ces femmes. C’est absolument brillant, passionnant et constamment intrigant. Une ode à la nature et au pouvoir des femmes, un tour de force d’imagination et d’écriture ! »

Camille, Librairie L’embarcadère, Saint-Nazaire

❤️ « Lorsqu’on retrouve une tablette ancienne vieille de plusieurs siècles, on est en droit de s’imaginer tout et n’importe quoi. Sur son histoire, sur la personne qui a gravé ces mots, sur ses intentions … mais lorsqu’on se rend compte que cette tablette contient un savant mélange de grec ancien, de latin, de vieux français, tout est possible pour notre imagination. Luvan nous parle de cette communauté de femmes du Xème siècle, qui ont un rapport particulier, presque mystique avec la nature et qui ont créé, leur propre dialecte.Un roman sur la richesse de la langue, sur nos acquis linguistiques mais aussi sur notre capacité à nous référer à nos racines. »

Eva, Librairie Pantagruel, Marseille

❤️ « Si vous n’aimez pas l’immersion littéraire, sentir l’odeur des arbres, écouter le vent au travers des pages. Si vous n’aimez pas vous laisser mener par une histoire, sans avoir la moindre idée de là où elle veut vous entraîner. Si vous n’aimez pas les livres-expériences. Si vous n’êtes pas curieux. Si vous n’aimez pas les jeux de langage. Si vous n’aimez pas être emporté… loin…loin… loin…  Alors, ne lisez pas Agrapha, ne lisez pas Luvan, passez votre chemin ; mais n’allez pas vous plaindre d’avoir raté le monument littéraire de l’année ! Mais si tout cela illumine vos neurones, l’immersion commence ici, le voyage comme là, avec Agrapha. Car Agrapha ne se dit pas… Fabulose scriptum est Αγραφα ! En bref, Agrapha est fabuleux ! Lisez-le ! Vivez-le !    

P.S. Luvan nous prouve, encore une fois, que sans audace, la littérature n’est rien… »

Laura et Alexandra, Librairie Arthaud, Grenoble

❤️ « Plongée métaphysique et fascinante au sein d’une communauté d’ermites fictives, relecture du Moyen-Âge au-delà des clichés et réflexion vertigineuse sur le langage et ses limites, une merveille. »

Sacha, Maison du Livre, Rodez


CHRONIQUES BLOGUEURS

🔥 « En immersion dans un mystérieux manuscrit ancien évoquant une communauté de femmes vers l’an 1000, un extraordinaire détour poétique et politique par le passé pour mieux essayer de libérer l’avenir. Une écriture acérée, somptueuse et malicieuse, une conception graphique rare et particulièrement rusée. »

CHARYBDE 27

🔥 « Le texte, très poétique et tissé de féminisme, souligne la force de la sororité dans une société encore en reconstruction après les invasions des Vikings, échappant pour quelques instants encore aux discriminations des hiérarchies de la féodalité et de l’Eglise. Plus encore, Agrapha rend aux femmes une place dans l’histoire médiévale qui ne se raconte souvent qu’à grands coups de guerres et de seigneurs. »

KADOO

🔥 « Agrapha est un livre envoûtant. Mais il se mérite. La lecture exige de l’attention, car il n’est pas immédiatement lisible et c’est le non-dit, dont des éléments affleurent çà et là, qui est essentiel à sa compréhension. Un beau paradoxe, et l’ouvrage n’en manque pas. »

LE CARNET ET LES INSTANTS

🔥 « Agrapha – ce qui n’est pas écrit – se lit entre les lignes, récits parcellaires, aux étranges jointures, des pans entre passés sous silence, le silence que gardent les sources sur la mémoire des femmes englouties par l’Histoire. »

KIMAMORI

Agenda

0 commentaires

La Volte