Sélectionner une page

Roman – Littérature étrangère
Traduit de l’espagnol (Argentine) par Mathias de Breyne

L’argumentaire du livre

256 pages – 20 €
ISBN : 9782370490407
Parution le 27 avril 2017

Illustration de couverture
et conception graphique :
Stéphanie Aparicio

Caractères typographiques :
La Volte par Laure Afchain

Kalpa Impérial

Angélica Gorodischer

Un livre argentin majeur d’un très grand auteur encore inconnu en France

En Argentine, Angélica Gorodischer est un auteur aussi important que J.L.Borges, J. Cortazar, A. Bioy Casares, E.Sabato, et pourtant elle n’a jamais été traduite en France, à l’exception d’une nouvelle dans l’anthologie bilingue de Mathias de Breyne consacrée aux auteurs argentins contemporains. Ses ouvrages sont en revanche lus dans de nombreux pays étrangers – Kalpa Impérial est notamment traduit par Ursula Le Guin en anglais. Son œuvre a reçu plusieurs prix de fantasy bien que les douze autres livres de l’écrivain, hormis Trafalgar, ne s’attachent à aucun genre défini ni à aucune frontière littéraire ; son écriture altière, flamboyante, brasse à elle seule de multiples horizons.
Parce que les œuvres d’Angélica Gorodischer méritent leur notoriété, La Volte a pour projet de les faire connaître au lectorat francophone.

Kalpa Impérial paraît juste après la dernière dictature argentine en 1983 pour des raisons de censure : comme de nombreux livres argentins de cette époque, il n’aurait pu être publié en cette période trouble. Sa poésie, son onirisme en font un exemple parfait de la littérature argentine, de son style, de sa force, de son originalité et de sa personnalité.
Au fil d’un récit caustique et ubuesque (souvent on pense à Alfred Jarry), mais aussi fantastique (à la manière des Villes invisibles d’Italo Calvino), ce conte, cette fable, ce roman tissé d’histoires narre les naissances et les chutes d’un empire : « l’Empire le plus vaste qui ait jamais existé ».
Kalpa Impérial (« Empire Infini »), c’est un vertige, une valse macabre qui tourne et tourne et ne trouve de fin que dans le début d’une nouvelle danse. C’est un livre universel au sens premier – universel et visionnaire, contant l’Histoire de notre société sans jamais la nommer.
C’est la folie, l’ignominie, l’absurdité et la beauté du monde. Ne citant aucune des dictatures qui sont pourtant sous nos yeux, il nous parle de la domination de certains pays européens et nord-américains sur le reste du monde, et cependant n’en parle pas. Universel et surtout actuel, puisqu’il évoque les crises migratoires, le despotisme, la famine, la politique, le pouvoir, la liberté… Et parce qu’il traite d’écologie, de ces villes végétales qui commencent tout juste à germer dans nos sociétés modernes. Même s’il n’en est rien, nous avons à sa lecture le sentiment que ce livre est notre contemporain.