)) )

)) )

Demain la santé : des interviews

1 Nov 2020 | Clameurs)) )

Le nouveau recueil des éditions La Volte est paru en septembre dernier, avec ses 15 récits par 15 autrices et auteurs de science-fiction. Au programme : un chassé croisé d’imaginaires sur la manière dont le soin fait société, qui explore la manière dont la technique et nos choix de sociétés sont vecteurs de plus ou moins d’inégalités sanitaires et d’oppression, la possibilités de se réapproprier, collectivement, un pouvoir agir en santé.

Retour en interviews …

avec Numerama, par le journaliste Marcus Dupont-Besnard

“La science-fiction est toujours pertinente pour comprendre le présent. En extrapolant un sujet dans le futur, certains de ses versants actuels sautent bien davantage aux yeux. La SF permet de s’émanciper du contexte et du brouhaha qui entourent un enjeu à un moment T en offrant plus de libertés pour le comprendre. La SF, au-delà même de sa capacité d’anticipation, est un support pour imaginer et montrer l’étendue des possibles. Pour ces raisons, et tant d’autres, la science-fiction a donc un rôle politique quotidien à jouer.”

Lire la suite ici

…avec Actu SF, par Estelle Hamelin

Actusf : Pouvez-vous nous dire quelques mots sur les textes qui composent cette anthologie ?

Stuart Calvo : Compliqué de résumer l’esprit de 15 textes, mais il me semble que si quelque chose se dégage du recueil, c’est bien cette volonté d’envisager la transmission du soin et des savoirs autrement, de rompre avec la hiérarchie – patient au sens littéral du terme, c’est-à-dire celle ou celui qui patiente, qui est passif.ve – pour aller vers plus de communauté et d’agir ensemble. Je pense aux textes de Chloé Chevalier, de Raphaël Granier de Cassagnac, d’Elio Possoz…
C’est aussi un recueil féministe à mon sens, une critique du paternalisme médical qui perdure, en témoignent les textes de Ketty Steward ou de Théodore Koshka.
Demain la santé c’est encore une critique acerbe de la standardisation des soins et du risque de société à deux vitesses que pourrait faire émerger un progrès technologique sans véritable projet politique en amont : avec les textes de Mélanie Fievet ou de Benno Maté, celui de Sabrina Calvo aussi, qui se veut en même temps une ode à la profession d’infirmière tout comme le texte de Chloé Chevalier, à la sororité.
Je peux évoquer également la nouvelle de Tristan Bultiauw qui interroge sur la notion même de santé : Celle de Lauriane Dufant, qui interroge la place des personnes en situation de handicap face à la normalisation validiste, le texte de Norbert Merjagnan avec son médecin dépossédé de l’acte de soigner…

Lire la suite ici

NEWSLETTER

Actus & Clameurs)) ) 

Agenda

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!