La soirée au PARIGOTS a été comme il se doit alcoolisée, même si les cocktails ne ressemblaient pas à ceux de Rouge gueule de bois. Merci à la librairie Ys d’avoir accepté de vendre les livres de la Volte, et merci à tous ceux qui sont passés (40 personnes ? 50?). Merci à Libération (Frederique Roussel) d’avoir donné de l’espace à Léo pour figurer dans le Libé des écrivains de jeudi, la classe, ses commentaites éclairés sur le programme télé et Notre Temps lui ont donné de la visibilité. Je le sais parce qu’autour de moi des gens ont vu tout de suite ses écrits, ce qui confirme que: les lecteurs de Libé regardent d’abord le programme tv ou bien que les lecteurs de Libé commencent le journal pas les dernières pages (portrait de Marine Le Pen par Régis Jauffret assez bizarre d’ailleurs).

A samedi pour Scylla.