À nos ami.e.s

18 avril 2019

À nos ami.e.s

Depuis quelques années, nous avons mis le doigt dans l’engrenage totalisant des GAFAM qui voudraient que vous soyez nos followers, nos fans, et que nous tentions de capter votre attention à coup de posts et autres tweets pour leurs plus grands bénéfices.

Nous avons bien conscience des enjeux de visibilité et de notoriété qu’induisent désormais ces médias sociaux, qui plus est pour une petite maison d’édition et les auteur.e.s qui la composent.

Néanmoins, ce n’est pas là l’histoire que nous souhaitons partager et construire, ni avec les lectrices et lecteurs, ni avec les autrices et auteurs.

C’est donc en toute connaissance de cause et peut-être, nous direz-vous, avec beaucoup de naïveté voire de vanité, que nous prenons la décision de ne plus communiquer via Facebook, Twitter et consorts, leur préférant des alternatives libres et décentralisées, loin du ciblage publicitaire algorithmique toxique.

Nous ne disparaissons pas pour autant, nous recentrons nos infos sur notre site, vous pouvez vous y abonner par RSS, vous pouvez aussi vous inscrire à notre newsletter.

Par ailleurs nous sommes déjà présents sur la fediverse : via mastodon, peertube et diaspora.

Libre à vous de choisir la manière de suivre notre actu. Re-décentralisons le web !
Réappropriation des données, réappropriation des corps, réappropriation du langage !

Les Volté.e.s

“It matters what matters we use to think other matters with; it matters what stories we tell to tell other stories with; it matters what knots knot knots, what thoughts think thoughts, what descriptions describe descriptions, what ties tie ties. It matters what stories make worlds, what worlds make stories.”
Donna HarawayStaying with the Trouble : Making Kin in the Chthulucene

Quelques suggestions pour aller plus loin, et puis sauter de liens en liens…

3 Commentaires

  1. Max8me

    Bravo pour cette initiative et belle continuation #LesFurtifs

  2. Mickaël F.

    Courageux. Belle initiative. Tous ne peuvent pas suivre ; encore que, question de choix me direz-vous. Comme je ne veux surtout pas briser le lien, je m’empresse de m’abonner à votre newsletter.

  3. Dorifor

    Ah parfait, moi qui ne suis sur aucun réseau social (à part LinkedIn, j’avoue, pour le boulot), je me vois dans l’impossibilité de suivre l’activité de plein de gens ou structures qui m’intéressent.

    Du coup, il ne reste plus qu’à se plonger dans l’étude de cette nouvelle façon de relier les humains entre eux, et dont j’ignorais l’existence jusqu’à aujourd’hui.

    Merci, la Volte !